Dépendance : Toujours pas de piste pour financer la réforme

Luc Broussy, Jean-Pierre Aquino et Martine Pinville ont rendu leur rapport sur l’autonomie et la dépendance au gouvernement. Trois rapports censés encadrer le futur projet de loi mais qui n’abordent pas la question cruciale et épineuse du financement.

Avec trois mois de retard, Matignon a rendu public le lundi 11 mars, les trois rapports qui doivent encadrer la loi sur la dépendance attendue pour fin 2013. Ainsi, Luc Broussy, conseiller général PS du Val-D’Oise, le docteur Jean-Pierre Aquino et la députée socialiste Martine Pinville ont rendu leur copie. Adaptation des logements, prévention de la perte d’autonomie, création de maison pour l’autonomie… Si beaucoup de pistes pratiques ont été abordées par les trois penseurs, aucune n’a été donnée en ce qui concerne le financement de la réforme. Si les assureurs attendaient ces rapports pour savoir à quelle sauce ils allaient être mangé, ils restent sur leur faim.

Après cinq ans de gesticulations politiques concernant cette grande réforme de la dépendance, personne n’est, aujourd’hui, capable, de dire clairement comment sera financée cette dernière. Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a parlé de mettre en place “un financement solidaire”, une notion encore vague.

En ce qui concerne la participation des assureurs, elle reste très floue. Quid du label public qui instaurerait un socle minimum de garanties pour les complémentaires dépendance ou de l’assurance dépendance obligatoire … Si ces questions majeures ne sont toujours pas tranchées, le gouvernement, dit, pourtant, “engager un travail interministériel pour l’élaboration du projet de loi qui sera prêt d’ici à la fin de l’année“.