Dépendance : La maladie d’Alzheimer va peser lourdement sur l’économie mondiale

    La maladie d’Alzheimer va peser de plus en plus lourdement sur l’économie mondiale dans les années qui viennent, à mesure que la population vieillit, ont averti jeudi des experts réunis au Congrès américain.

    Entre 24 et 37 millions de personnes dans le monde vivent déjà avec cette forme de démence incurable, un chiffre qui devrait atteindre les 115 millions d’ici à 2050, ont déclaré ces experts devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants.

    La maladie “est la crise sanitaire et sociale la plus grave du XXIe siècle”, a lancé Daisy Acosta, présidente de l’association Alzheimer’s Disease International, dont le siège se trouve à Londres. Mme Acosta a évalué à 604 milliards de dollars le coût de la maladie d’Alzheimer en 2010, soit un pour cent du PIB mondial. “Si c’était un pays, ce serait la 18e économie du monde en termes de PIB”, a-t-elle observé.

    Mais les sommes consacrées à la recherche sont minimes par rapport à d’autres maladies, a observé Bill Thies, de l’Alzheimer’s Association. “Nous investissons six milliards de dollars par an contre le cancer, 4 milliards contre les maladies cardio-vasculaires et 2 milliards contre le sida. Pour Alzheimer, nous en sommes aux alentours de 450 millions”, a-t-il relevé.

    George Vradenburg, de l’organisation USAgainstAlzheimer, a souligné que les pays occidentaux étaient les plus menacés par la dégradation du rapport actifs/inactifs et par la hausse des coûts de la santé. “Cela crée des tensions pour les systèmes de soins dans le monde entier. Cela risque de provoquer un ralentissement de la croissance économique dans les pays développés, particulièrement l’Europe occidentale et la ceinture du Pacifique”, a-t-il pronostiqué.

    Selon M. Vradenburg, une personne sur deux souffre de démence après 85 ans. “Les pays qui trouveront le moyen de soutenir leurs personnes âgées en les maintenant en bonne santé et dans le système de production seront les vainqueurs du XXIe siècle”, a-t-il affirmé. “Nous allons être de plus en plus aux prises avec une population physiquement capable mais mentalement handicapée”, a ajouté l’expert, appelant les Etats à trouver des outils de travail pour les malades afin d’éviter un effondrement économique. “Il faut faire du troisième âge des contribuables productifs faisant partie de la population active et non plus des assistés sociaux”, a-t-il plaidé.

    Avec AFP