Dépassements d’honoraires : L’ARS d’Ile de France s’attaque au problème que pose certains médecins spécialistes

Le directeur de l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Ile de France, Claude Evin, a indiqué mercredi qu’il allait “s’emparer” du problème des dépassements d’honoraires des médecins spécialistes, très fréquents en région parisienne et dénoncé la veille par l’Assurance maladie.

“C’est un sujet de préoccupation dont je souhaite m’emparer et en discuter avec l’URPS”, a-t-il dit à l’AFP. L’ancien ministre socialiste de la Santé faisait un bilan mercredi de la première année d’activité de l’ARS d’Ile de France, mise en place en avril 2010, dans le cadre des dispositions de la loi Hôpital Patient Santé Territoires (HPST) votée en juillet 2009.

Les ARS permettent d’avoir un pilote unique, à l’échelon régional, pour l’hôpital, la médecine de ville et le médico-social (personnes âgées, handicapées).

Comme motifs de satisfaction pour la première année de l’ARS francilienne M. Evin a cité les projets de regroupements d’hôpitaux, qu’ils soient publics ou privés. Il a cité le regroupement de deux établissements publics dans les Hauts de Seine, le Centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH) de Nanterre et l’hôpital Louis Mourier de Colombes, appartenant à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

S’agissant de regroupements public-privé, le directeur de l’ARS a évoqué le projet d’établissement unique à Melun (Seine et Marne) entre un hôpital public et deux cliniques privées.

Avec AFP