Déficit public : Denis Kessler réclame une seconde “règle d’or”

Interview Denis Kessler

Le PDG du réassureur Scor, Denis Kessler, estime dans une interview au Journal du dimanche, que la France devrait adopter “une seconde +règle d’or+” prévoyant que la réduction du déficit provienne à 70% de la réduction des dépenses et à 30% de la hausse des prélèvements.

“Pour résorber le déficit, il faut privilégier la baisse des dépenses publiques plutôt que de recourir massivement à l’impôt”, déclare M. Kessler au JDD.

“La France devrait ainsi adopter une seconde +règle d’or+, selon laquelle pour réduire le déficit, 70% devraient provenir de la baisse des dépenses et seulement 30% de la hausse des prélèvements”, poursuit-il.

Pour l’ancien vice-président du Medef, “il devrait être impossible à l’Etat de prélever un euro de plus sur les Français si dans le même temps les dépenses publiques ne sont pas réduites de plus de deux euros”. “Autrement, les impôts supplémentaires évoqués pendant la campagne vont asphyxier la sphère productive”, ajoute M. Kessler. “L’économie aurait dû être au centre de la campagne (…) Or, les problèmes de fond sont esquivés (…)”, juge également le PDG de Scor.

Le nouveau pacte budgétaire signé fin janvier par 25 pays des 27 pays de l’Union européenne vise à renforcer la discipline commune suite à la crise de la dette, en instaurant partout des “règles d’or” sur l’équilibre des comptes.