La croissance des primes d’assurance a subi un ralentissement en 2016

A l’échelle mondiale, la croissance des primes d’assurance a subi un ralentissement en 2016, les marchés avancés étant les principaux responsables de cet essoufflement. Concernant la zone Europe de l’Ouest – second marché mondial – le volume de primes est resté quasiment identique en 2016 par rapport à 2015, principalement porté par un retour à la croissance en non-vie venant compenser une stagnation des primes vie. Quant à la France, elle conserve sa place prépondérante dans le marché mondial de l’assurance et se place ainsi en 5ème position, derrière les Etats-Unis, le Japon, la Chine et le Royaume-Uni.

Le marché de l’assurance de personnes

Les assurances de personnes conservent un poids prépondérant en France puisqu’elles représentent 74,5 % du volume total de primes en 2016. Les cotisations se maintiennent à un équilibre relatif, avec un total de 155,5 milliards d’euros pour 2016. Cette évolution est marquée par une légère diminution des primes liée à une relative volatilité des affaires d’épargne alors que les affaires de prévoyance ont continué à croitre.

Le marché de l’IARDT

Dans un contexte de faible croissance de la matière assurable, combiné à une forte concurrence, l’activité des assurances de biens et de responsabilité est restée modérée en 2016. On note ainsi une progression globale de 1,9 % en 2016 contre 2,2 % en 2015, principalement portée par le secteur des particuliers et le marché de l’habitation en hausse de 2,5 %. En ce qui concerne les résultats techniques, ils ont pâti d’une hausse sensible de la sinistralité (+ 5,2 % au global : Automobile / MRH et événements climatiques) avec un coût de plus de 2 milliards d’euros de dommages assurés pour les seuls évènements naturels.

Sources : Fédération Française de l’Assurance – 2017 Swiss Re Institute sigma N° 3/2017

Source link