Covéa accuse une chute de son bénéfice 2008 du fait de la crise, mais l’activité résiste

    La société de groupe d’assurance mutuelle français (SGAM) Covéa, qui réunit les assureurs GMF, MMA et Maaf, a vu son bénéfice fondre sous l’effet de la crise financière mais a enregistré des gains nets de clients et de sociétaires dans toutes ses activités.

    Le bénéfice net s’affiche en baisse de 56% à 336 millions d’euros. Les trois mutualistes ont chacun souffert de la crise financière en fin d’année 2008.

    La GMF a ainsi enregistré une baisse de 332 millions d’euros de ses produits financiers, tandis que MMA a constaté des moins-values d’environ 240 millions d’euros et que Maaf a provisionné une cinquantaine de millions pour dépréciations d’actifs. Malgré tout, le PDG Thierry Derez s’est dit “plutôt content” de l’exercice écoulé. “Pas de panique, ça va bien”, a-t-il assuré.

    Sur le plan commercial, Covéa a fait preuve d’un certain dynamisme. Malgré un chiffre d’affaires stable, à 12,07 milliards d’euros, la SGAM a progressé de 3% en assurance dommage et a moins reculé que le marché en assurance vie (-7,6% contre -10,6%).

    Covéa a fait croître son portefeuille de 160.000 véhicules (+1,7%) en auto, de 140.000 habitations en MRH (assurance multirisque habitation) et de 2,6% en assurance vie. M. Derez a insisté sur les atouts de la SGAM, qualifiée de “pragmatique”, qui doit “faciliter le développement des trois maisons qui composent Covéa”, notamment en favorisant la mutualisation des moyens. Les trois assureurs de Covéa bénéficient ainsi d’une plate-forme commune de gestion des sinistres, de réassurance, de courtage, de flottes d’entreprises, de gestion d’actifs et désormais d’assistance.

    Au 1er janvier 2009, Fidélia assistance est, en effet, devenu l’assisteur commun de Covéa, avec l’arrivée de Maaf, qui travaillait jusque-là avec Inter Mutuelles Assistance (IMA). Michel Gougnard, responsable de la gestion des sinistres chez Covéa, a également souligné que la SGAM allait désormais au-delà du rapprochement de moyens déjà existants en concluant des partenariats nouveaux à des conditions qui bénéficient de l’effet de taille du groupe.

    Il a notamment évoqué des accords avec le groupe Cora pour les pièces automobiles, avec Akzo Nobel pour la peinture et Norauto pour les bris de glace.

    AFP