Courtage : La CSCA en bonne voie pour se réformer

A l’occasion du 7ème Congrès de la CSCA, la Chambre syndicale des courtiers d’assurance, les adhérents sont amenés à se positionner sur une refonte à venir des statuts avec l’objectif pour la Chambre, de mutualiser les moyens.

Le Congrès de la CSCA est l’occasion de voir à la fois assureurs et courtiers se retrouver, mais c’est aussi un moment fort pour la Chambre syndicale des courtiers d’assurance. Celle-ci doit changer sa structure pour devenir une Chambre nationale abritant des chambre régionales et catégorielles, en remplacement des actuels syndicats.

La proposition a été adoptée hier en assemblée générale ordinaire. Celle-ci n’ayant pas vocation à modifier les statuts, le chemin commence juste pour les syndicats représentés. Dans les objectifs de la CSCA, il faut que les syndicats votent dans leurs assemblées générales respectives la dissolution avant de reconstruire le syndicat sous le nom de “Chambre régionale” ou de “chambre catégorielle” pour une réintégration immédiate dans la CSCA avec conservation de toutes les prérogatives détenues auparavant.

Pour Dominique Size, président de la CSCA, cette transformation est une nécessité. “Nous sommes arrivés au temps du ‘pas d’après’. La Chambre manque d’uniformité, de lisibilité” explique-t-il lors d’un point presse tenu avant le vote de l’AG, au cours du Congrès. Pour mettre en œuvre une meilleure communication par exemple, la Chambre a besoin de plus de moyen et d’une unité. Les cotisations, actuellement réparties entre les syndicats d’origines et la CSCA sur une base 60/40%, seraient mutualisées, comme les actions des syndicats. “Ils garderont leurs prérogatives et feront ce qu’ils veulent faire. Si les futures chambres ne veulent ou ne peuvent faire, ce sera la chambre nationale.”

Avec un budget de fonctionnement d’1M d’euros, la CSCA ne peut mener les actions souhaitées. “Nous allons offrir plus de moyens de formation, des services juridiques” détaille Dominique Size. La communication et le lobbying font également partie des enjeux d’une fédération qui a besoin de gagner de nouveaux adhérents, principalement chez les petits cabinets. Une meilleure présence sur le territoire et une meilleure visibilité devraient y contribuer. Mais le chantier reste encore lourd pour des syndicats qui doivent se réformer et procéder à de nouvelles élections complètes.

D’élections il sera encore question en 2014. Dominique Size ne se représentera pas et cette chambre modernisée devra donc se trouver un nouveau président. Un vote solide et une avancée du chantier “structure” pourraient donner un nouvel élan et une image d’unité nécessaire.