Courtage : Beazley vise les TPE/PME

En lançant un nouvel outil de tarification en ligne à destination des courtiers, Beazley souhaite s’ouvrir au marché des TPE/PME en France. L’assureur veut positionner sa marque auprès des intermédiaires sur les risques professionnels des petites et moyennes entreprises et croître en sortant du circuit des coverholders classiques.

Après avoir interrogé une trentaine de courtiers (généralistes, grossistes et spécialisés en France et en Angleterre) sur leurs besoins en matière de souscription, notamment sur les risques professionnels des petites et moyennes entreprises, l’assureur Beazley a décidé de se doter d’un extranet de distribution pour les intermédiaires.

Il s’agit d’une nouvelle plateforme appelée « myBeazley », qui doit permettre aux courtiers de souscrire plus facilement des couvertures pour les TPE/PME et ETI. “Cet outil d’aide à la vente d’assurance, qui sera entièrement accessible en octobre 2014, permettra une tarification simplifiée, des niveaux de primes adaptés et des packs d’assurance sur-mesure”, explique Marie-Eve Michelon, responsable des Assurances Professionnelles chez Beazley.

En déployant ce nouvel outil “qui ne fonctionne pas comme un coverholder classique”, Beazley positionne souhaite par la même occasion faire croître sa notoriété. “Il y a en France 3,6 millions de TPE/PME, il s’agit d’une clientèle attractive pour laquelle le risque est maîtrisé et où l’on peut faire du volume”, précise Marie-Eve Michelon.

Pas de minimum de prime

Dans le détail, chaque courtier peut, après s’être inscrit sur « myBeazley », souscrire une police (RC Exploitation, Cyber-criminalité, Garantie dommages aux biens, RC Dirigeants, Protection Juridique et services supplémentaires) en lien avec l’activité de son client, “sur une base minimum de RC Pro”, explique Marie-Eve Michelon. “Il n’y a pas de minimum de prime pour l’ouverture d’un code et notre tarification est compétitive car nos coûts de gestion sont faibles”.

L’outil de tarification, développé en interne par Beazley, permet à chaque intermédiaire de pouvoir moduler le montant de la prime et le montant de la souscription (tout comme la commission) grâce à un simple slider, en fonction des garanties sélectionnées. Le but est de pouvoir packager en quelques secondes toutes les couvertures sous un même contrat, “sans contrainte de temps, ni contrainte géographique”.

Vers les courtiers de province

Beazley dispose de 10M d’euros de capacité pour sa plateforme et de 10M d’euros de garanties par produit. “Il y a eu un investissement important avec un coût à 7 chiffres pour le déploiement de cet outil”, précise Marie-Eve Michelon. “30% de ce coût représente les développements futurs puisque cet outil est appelé à évoluer dans les 3 prochaines années”, ajoute-t-elle.

L’assureur estime que près de 500 courtiers spécialisés pourraient être interessés par cet outil dans l’Hexagone et vise plutôt les courtiers de province. Pour cette fin d’année 2014, la plateforme démarrera avec un panel d’environ 10 courtiers spécialisés avant d’espérer en gagner une trentaine supplémentaire chaque année.