Courtage : La vente de petits portefeuilles facilitée par la plateforme internet d’Assurdeal

La jeune pousse internet Assurdeal propose depuis septembre aux courtiers une plateforme d’échange des micro-portefeuilles.

Pour les courtiers, la revente de petits portefeuilles d’assurance sans intérêts stratégiques ni cohérence avec le reste du portefeuille, relève souvent d’expédients.

En effet, tout dépend bien souvent de l’habileté de la compagnie d’assurance à trouver un débouché chez un autre courtier, du bouche à oreille, ou des petites annonces dans la presse et internet … pour placer avec plus ou moins de succès ces reliquats de portefeuilles.

Restant souvent en dormance, ils demeurent sous valorisés. Pire, ils peuvent être la cause de blocage lorsque un acheteur d’un gros portefeuille ne souhaite pas les intégrer à la reprise.

Plateforme d’échange

Partis de ce constat, Guillaume Rovère et Emmanuel Rodès, fondateurs d’Assurdeal, ont souhaité fournir un outil pour organiser ce marché. Depuis début septembre, ils ont lancé une plate-forme d’échange sur internet de ces micro-portefeuilles, fonctionnant par enchères.

C’est un outil gratuit, au service des courtiers (enregistrés à l’Orias). Le processus est totalement gratuit pour le vendeur, à qui l’on transmet à la fin de la période d’enchère les 5 meilleures offres. Point clé, l’anonymat est respecté entre les parties. La conclusion de la transaction s’effectue ensuite en dehors de la plate-forme“, explique Guillaume Rovère.

“Quant aux acheteurs (seulement les actifs), ils ont accès aux caractéristiques de base des portefeuilles (nature, nombre contrats, géographie) et peuvent obtenir une offre détaillée moyennant 49 euros (dont la codification du courtier par l’assureur). Ils formulent alors leurs offres qui vont habituellement de quelques milliers d’euros jusqu’à 30.000 euros au maximum”, ajoute-t-il.

Assurdeal compte enregistrer une cinquantaine d’offres de portefeuilles d’ici à la fin de l’année, et croit fortement à l’essor de son système en s’appuyant sur un potentiel de 1.000 à 2.000 portefeuilles à vendre chaque année. Aujourd’hui, une centaine de cabinets est vendue par an, sans découpe de portefeuilles.

Modèle Google

Assurdeal se calque sur un modèle de start-up internet. “Nous misons sur un système low cost, gratuit pour les utilisateurs et financés par des partenariats et la publicité comme le ferait Google. Les assureurs nous montrent déjà un véritable intérêt. L’assureur Quatrem est notre partenaire de lancement”, confie Guillaume Rovère. La société compte dupliquer sa plate-forme de mise en relation des courtiers dans 5 autres pays européens (Belgique, Allemagne, Angleterre, Irlande, Autriche).

Par ailleurs, Assurdeal mise sur d’autres services pour les courtiers. Depuis octobre 2012, il leur met à disposition un outil de vieille des conventions collectives et des clauses de désignation (modification des articles, ajouts ou retraits d’articles) qui rencontre un certain succès dans la perspective de l’application de l’ANI. Cette solution développée à partir d’algorithmes s’intègre dans l’extranet des réseaux de courtiers.

Installé à l’Ile Maurice pour les compétences informatiques et les bas coûts de sa main d’œuvre notamment, Assurdeal se veut bel et bien un acteur offshore de l’assurance dans le fond et la forme.