Conjoncture : Assureurs et réassureurs sous pression selon l’Eiopa

L’autorité de contrôle européenne Eiopa (European Insurance and occupational pensions authority) a publié son rapport 2015 sur la stabilité financière du secteur en Europe. Le bilan est le même que lors du rapport précédent : l’association d’une conjoncture économique fragile accompagnée de taux d’intérêt bas est un risque important.

L’autorité de contrôle européenne observe dans son rapport de mai 2015 sur la stabilité financière du secteur assurantiel que le bilan est le même que dans son rapport publié en décembre 2014. C’est-à-dire que le cumul d’une situation macroéconomique fragile, de taux d’intérêt bas et une augmentation du risque emprunteur affectent fortement le domaine de l’assurance, la réassurance et les fonds de pension.

Selon le rapport, la politique d’assouplissement quantitatif (QE) mise en place dans la zone euro peut créer des conditions favorables à long terme pour les assureurs et les fonds de pension. A condition que la croissance économique reprenne.

Néanmoins, à court terme,  le QE met une pression supplémentaire sur certains des assureurs et fonds de pension. “En outre, le programme d’assouplissement quantitatif pourrait réduire considérablement le volume du marché pour certaines classes d’actifs. Dans de telles circonstances, l’instinct grégaire des investisseurs lié, par exemple, à une détérioration de la situation géopolitique, pourrait déclencher un renversement de risque ou d’un scénario de “double – hit”.”

Par ailleurs, le secteur de l’assurance est maintenu sous forte pression du fait des taux de rémunération et de rendement. Selon le rapport, l’impact négatif peut rapidement se faire sentir notamment sur la solvabilité des compagnies d’assurance.

Côté réassureurs, la faiblesse de la croissance et des taux d’intérêt font augmenter le risque chez les assureurs. Ce phénomène pourrait “pousser les réassureurs à davantage se regrouper.” Face à un secteur de plus en plus concurrentiel, les réassureurs ont subi une pression sur leurs primes.

Les Fonds de pension quant à eux sont eux aussi soumis à de nombreuses problématiques venant bousculer leur modèle. L’épargne est impactée par la baisse des taux de rendement tout comme les produits d’épargne ou de prévoyance assurantielle comme l’assurance dépendance ou l’assurance-vie. Ainsi le modèle de rémunération et de fonctionnement de rémunération de l’épargne serait lui aussi remis cause.

Pour Gabriel Bernardino, président de l’AEAPP, “la réalité macro-économique d’aujourd’hui entraine de graves difficultés pour certains assureurs et fonds de pension. Dans ce contexte, il est fondamental que les autorités de contrôle surveillent de près la situation et qu’elles remettent en question certaines stratégies du secteur. De ce fait, le secteur se doit de réagir afin de répondre aux faiblesses du modèle actuel et de restructurer leur offre produits. Les mesures prévues par Solvabilité II devraient être utilisées pour assurer une transition en douceur vers le nouveau modèle, et ainsi d’éviter de perturber le marché, tout en permettant aux entreprises de prendre les mesures nécessaires pour se restructurer”.