Comparateurs / Assurland : « Nous n’avons pas repoussé notre introduction en bourse ! »

Le comparateur Assurland devrait s’introduire en bourse au second trimestre 2011. Son fondateur, Stanislas di Vittorio dément tout retard dans le processus.

En fin de semaine dernière, dans une dépêche Reuters, le patron d’Assurland.com annonçait l’introduction en bourse du comparateur à partir du deuxième trimestre 2011. L’échéance semble encore repoussée pour le portail, leader de la comparaison d’assurance en France (voir notre article précédent sur le sujet). Assurland devrait intégrer le compartiment B d’Euronext (valeurs dont la capitalisation boursière est comprise entre 150M et 1Md d’euros). Covéa, actuel actionnaire majoritaire du site de comparaison (à hauteur de 80%), devrait se désengager en partie à l’entrée en bourse, pour finalement devenir minoritaire.

« Contrairement à ce qui a été écrit ces derniers jours, nous n’avons pas repoussé notre introduction en bourse ! », clame Stanislas di Vittorio, le fondateur d’Assurland. « Nous avions annoncé dès le début que nous procéderions à cette opération à la clôture des comptes 2010, et c’est ce que nous ferons », ajoute-t-il.

Entre marché et concurrence

« Il n’y a jamais eu de calendrier prédéfini pour cette opération et il n’a jamais été question de retarder la manœuvre », précise le fondateur du site. Pourtant, Stanislas di Vittorio refuse de se prononcer sur une date précise. Selon la dépêche, le dirigeant attendrait de meilleures conditions de marché pour l’ouverture du capital d’Assurland, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 21M d’euros en 2009.

Sans compter que la concurrence fait rage dans le petit milieu des comparateurs en ligne. La semaine dernière, Courtanet (qui gère Assurmieux.com), racheté par le groupe BGL (leader de la comparaison d’assurance en Angleterre avec Comparethemaket.com) affichait clairement ses ambitions pour 2011 (voir notre article); pas de quoi inquiéter le dirigeant. « Il y avait déjà la même effervescence avec l’arrivée de Lelynx, on sait ce que ça a donné. On verra bien ce que fait Courtanet », conclut-il.