Coface publie ses résultats financiers 2008

    0

    Depuis le dernier trimestre 2008, la crise mondiale de crédit est entrée dans une deuxième phase. Grâce à des fondamentaux solides, Coface* fait face à la crise avec :

    –  une augmentation du chiffre d’affaires de 7,1% en 2008 (6,5 à données comparables),
    – un ratio de sinistres à primes en assurance-crédit en hausse de 24 points à 73%,
    – et un résultat net dont le recul à 94 M€ (contre 204M€ en 2007) est limité par l’amélioration  de la contribution des services et de l’affacturage

    Dans ce contexte, Coface met en place de nouveaux outils pour accompagner les entreprises à travers la crise.

    resultats-2008-coface

    Le chiffre d’affaires de l’année s’établit à 1.682 M€, soit une croissance de 7,1 %  à périmètre courant, et 6,5 % à périmètre et taux de change constants, donc dans la continuité de la tendance observée au deuxième semestre 2007. Les deux moteurs principaux de cette croissance restent comme en 2007 le développement de la ligne affacturage (+ 16,8 %) et l’activité hors Europe en assurance-crédit et services (+ 18,6 %).La ligne assurance-crédit a vu son chiffre d’affaires augmenter de 5 % par rapport à 2007.

    Coface renforce son avance à l’international : des contrats d’assurance-crédit homogènes sont désormais disponibles dans 93 pays ; dans 40 de ces pays ces contrats sont offerts par des entités Coface (après ouverture en 2008 de Taïwan, de la Bulgarie et de la Lettonie). En 2008, Coface a conforté sa position de numéro 1 en Amérique latine (avec l’acquisition de la majorité de SBCE, leader à l’exportation au Brésil), comme sa position de numéro 1 en Asie, avec la cinquième année de croissance à plus de 30 % en Grande Chine.

    La ligne affacturage augmente de 16,8 %, tirée par l’intégration en 2008 d’acquisitions au Danemark, en République tchèque et en Slovaquie, et par une croissance interne très forte. La ligne est présente dans 28 pays (contre 16 fin 2007), constituant désormais le premier réseau mondial par la couverture géographique. Les deux principaux pays de présence restent l’Allemagne, avec Coface Finanz, numéro 1 sur son marché, et la France, avec Natixis Factor, troisième factor national. Natixis Factor voit son volume de créances affacturées augmenter de 10 % (14 % à l’exportation).

    Les lignes de services (notation et information d’entreprise, gestion de créances, garanties publiques) sont en croissance de 8,2 %. L’offre en information est disponible sur 65 pays, et le lancement d’une notation financière Coface progresse. Le réseau mondial en gestion de créances a été renforcé par deux acquisitions en Argentine et aux Pays-Bas.

    Les coûts sont maîtrisés, avec des charges de gestion en augmentation de seulement 2,8 % à périmètre et taux constants, soit près de 4 points d’écart avec l’augmentation du chiffre d’affaires (+ 6,5 %).

    La crise mondiale de crédit entre dans une deuxième phase et pèse sur le résultat

    Coface avait signalé dès janvier 2008 le début de la cinquième crise mondiale de crédit depuis le premier choc pétrolier. Cette crise de crédit est entrée au quatrième trimestre dans une deuxième phase : un véritable trou d’air s’est produit dans la croissance mondiale, qui oblige à revoir toutes les prévisions. Le choc de croissance sur le PIB mondial entre 2007 et 2009 peut désormais être estimé à 4,5 points. Il se rapproche des 4,9 points de décrochage qui ont séparé les années 1973 et 1975, et représente près du double du décrochage des trois crises mondiales précédentes. Ce choc est universel : il devrait atteindre 5,9 points en Europe émergente, 5,2 points en Asie émergente et en Amérique latine, 4,5 points dans la zone Euro, 4 points aux Etats-Unis et au Japon.

    Cette rechute de la croissance explique une hausse en deux temps des impayés enregistrés par Coface. Les deux phases de la crise se marquent clairement dans le ratio de sinistres à primes de la ligne assurance-crédit : d’un ratio historiquement très bas de 49 % pour l’année 2007, on est passé à 59 % sur les 9 premiers mois de 2008, et 109 % sur le seul quatrième trimestre. Avec un ratio à 73 % sur l’ensemble de l’année, Coface limite néanmoins la dégradation, mieux que les autres acteurs de l’assurance-crédit.

    Des mesures d’adaptation à cette seconde phase de la crise ont été prises dès janvier, complétant le plan « Act on the crisis » lancé par Coface en janvier 2008 ; ces mesures prévoient notamment une nouvelle hausse des tarifs d’assurance-crédit de 30 % minimum, et la réduction de 30 % des encours notés « spéculatifs » (qui représentent 16 % des encours garantis par Coface).

    La montée de la sinistralité engendre un recul marqué du résultat avec une perte courante de l’assurance-crédit (- 25 M€ sur l’année) ; mais des contributions au résultat en forte hausse des services (+ 22 %) et de l’affacturage (+ 27 %) assurent à Coface un résultat opérationnel positif à 136 M€. Le résultat net diminue de 54 % à 94 M€.

    Perspectives – des outils pour restaurer la confiance

    Coface s’appuiera en 2009 sur une solidité financière intacte, des mesures rapides de retour à l’équilibre technique et des offres propres à restaurer la confiance.

    – La structure financière de Coface reste très solide, confortée par des fonds propres stables (1165M€ au 31.12.08 contre 1176M€ à fin 2007) ; 426 M€ de capitaux excédentaires en assurance (un  niveau stable par rapport à fin 2007) ; et un traité de réassurance 2009 renégocié dans de bonnes conditions avec des réassureurs tous notés dans les catégories A, AA ou AAA.

    – Les mesures de retour à l’équilibre technique de l’assurance-crédit doivent permettre de revenir en 2009 à un ratio de sinistres à primes de 70 %, et assurer à Coface un résultat significativement positif.

    –  Coface a pour ambition d’aider les entreprises et de renforcer la confiance entre clients et fournisseurs dans cette période difficile : par ses financements en affacturage, qui bénéficient notamment aux PME ; par ses garanties en assurance-crédit ; et par ses notes du risque crédit.

    > Les garanties Coface ont augmenté de 14% entre fin 2007 et fin 2008 (à 419 Mds€). Coface participe en France au dispositif gouvernemental qui complète les garanties à un fournisseur : à la mi-février, ces compléments de garantie se montaient à environ 12 M€ de garanties.

    > Par la qualité et la transparence de ses notes, Coface entretient la confiance indispensable pour maintenir le crédit interentreprises.

    Coface est allée au-delà des engagements de la profession négociés avec Christine Lagarde en novembre dernier, en mettant en place une « Charte Transparence ». Elle permet à toute entreprise, cliente ou non, d’accéder gratuitement à son score de solvabilité, à son évolution, et d’envoyer des éléments permettant de le réviser. Trois mois après son lancement, plus de 1 000 entreprises ont déjà souhaité bénéficier de la charte. Cette charte sera progressivement étendue et déclinée dans les autres pays de présence de Coface.

    Enfin, Coface continuera d’œuvrer pour redonner confiance dans les notations financières ; en participant activement au débat sur la future réglementation européenne des notations pour qu’elle intègre un véritable contrôle externe de leur qualité statistique ; et en devenant elle-même agence de notation financière, aux côtés des trois grandes agences anglo-saxonnes. Cette notation financière Coface du risque « entreprise » s’appuie sur trois points forts exclusifs : son coût, sa fiabilité, et une expertise de prise de risque acquise depuis 60 ans dans le métier d’assureur-crédit. Le produit, en phase de test en Europe et en Asie, sera commercialisé au cours de l’année 2009, et sera présenté à la procédure d’homologation en cours de discussion au parlement européen. Il fournira aux entreprises un outil pour communiquer de manière convaincante et peu coûteuse sur leur solidité financière, avec leurs partenaires commerciaux, stratégiques ou financiers.

    *Dans tout le communiqué, Coface fait référence à Coface Holding (société détenant 100% de Coface et de Natixis Factor, et correspondant au pôle Poste clients de Natixis)