Coface lance son agence de notation pour concurrencer les grandes agences

    0

    L’assureur-crédit Coface, filiale de la banque Natixis, a officiellement lancé vendredi sa propre agence de notation, avec l’ambition de mettre en avant une “différenciation” avec les trois grandes agences historiques, selon un communiqué.

    Coface s’appuiera sur son dispositif actuel qui l’amène déjà à noter des milliers d’entreprises pour évaluer leur risque de défaut, sans les publier. L’assureur-crédit propose désormais de communiquer ses notes aux banques désireuses de “suivre leurs risques”, donc de suivre la notation de leurs entreprises clientes.

    Coface offre également aux entreprises notées de communiquer leur note à leurs clients pour les “conforter”, un service facturé “selon son étendue, en général quelques centaines d’euros par an”. Tout comme les trois principales agences de notation existantes, Standard and Poor’s, Moody’s et Fitch, la nouvelle agence pourra aussi attribuer une note financière classique pour les instruments de marché, c’est-à-dire les émissions de dette à moyen et long terme.

    Cette notation sera facturée “suivant la complexité de l’analyse”, le prix indicatif pour une opération simple étant évalué à 10.000 euros. Les notes prendront la forme de lettres, à l’instar des grands acteurs du marché. Les notes sont déjà accessibles en France, à Hong Kong et Dubaï, et le seront à l’automne au Royaume-Uni et en Allemagne.

    Coface valorise sa démarche comme un moyen de “restaurer la confiance dans la notation”, selon son directeur général, Jérôme Cazes, cité dans le communiqué. Les trois grandes agences de notation ont été durement critiquées depuis le début de la crise, notamment pour n’avoir pas anticipé son arrivée.

    M. Cazes vante le caractère indépendant de son entreprise, avec des notes “payées pour l’essentiel par l’assurance-crédit”. L’un des reproches adressés aux agences de notation concerne, en effet, les conflits d’intérêt potentiels, les agences étant rémunérées par la société qu’elles notent.

    AFP