Chronique : Du bon usage du modèle de capital développé par S&P Global Ratings

Estimation de coût

S&P Global Ratings utilise depuis de nombreuses années un modèle de capital permettant à ses analystes de mesurer l’adéquation des fonds propres des assureurs notés en fonction des risques auxquels ils sont exposés.

La vocation de ce modèle est internationale de telle sorte que l’exposition à un certain type de risque implique la même immobilisation de fonds propres quel que soit le pays où le risque en question est supporté. Les niveaux de confiance retenus s’échelonnent de 97.2% pour un niveau « BBB » jusqu‘à 99,9% pour un niveau « AAA ».

Aussi granulaire soit-il, ce modèle reste un outil d’aide à la décision et non un outil de décision en tant que tel. En effet, de nombreux autres paramètres entrent en ligne de compte dans la détermination de la notation des assureurs : positionnement concurrentiel, orientations stratégiques, rentabilité, flexibilité financière, gestion des risques… Ainsi, pour une grande partie des assureurs notés, le résultat du modèle de capital ne correspond pas au niveau final de la note. Ceci est notamment dû au fait que tous les types de risques ne peuvent être pris en compte.

Nous sommes par ailleurs attentifs à des considérations concernant la qualité du capital telle que reflétée notamment par sa composition. Pour de nombreux assureurs notés, la qualité des fonds propres peut être altérée par l’importance, parfois grande, d’éléments de nature soit plus volatile tels que les plus-values latentes ou les profits futurs, soit moins permanente à l’image des dettes subordonnées.

Les paramètres de calibration du modèle doivent être pris en compte dans leur intégralité et non considérés séparément. Ceci est notamment dû à la prise en compte de phénomènes de diversification qui présupposent que, dans une certaine mesure, l’ensemble des risques auxquels un assureur est exposé ont peu de chance de se manifester simultanément. De même, le modèle développé par S&P Global Ratings pour l’élaboration de ses notations n’a pas vocation à servir d’outil de gestion ou de pilotage du capital dont disposent les assureurs.

Marc-Philippe Juilliard
Directeur, S&P Global Ratings