Et si Chaplin, Stallone et Marc Zuckerberg avaient raison ? (Épisode #3)

Quelques réflexions sur l’Avenir du Travail dans le contexte de la Quatrième Révolution Industrielle : suite et fin

Chapitre 3 : Et si Chaplin, Stallone et Marc Zuckerberg avaient raison ?

Dans les deux premières parties de cette réflexion sur l’avenir du travail au cours de la 4ème Révolution Industrielle (Article #1, Article#2), nous nous sommes attachés à parcourir les bienfaits et méfaits de l’invasion de l’IA au travers quelques exemples frappants et références variées mêlant Chaplin et Stallone (par ordre chronologique).

Reste une question centrale que cette troisième partie s’attachera à traiter : dans ce contexte, que deviendra le travail ? Va-t-il disparaitre ? Et que sera l’entreprise de demain ?

Autant répondre d’emblée à la seconde question, par la négative, bien sûr : non, le travail ne va pas disparaitre, il va se transformer. Les tâches les plus répétitives, les plus routinières de presque tous les métiers, seront automatisées, mais le job en lui-même ne disparaitra pas : il changera de nature, il se concentrera sur les tâches à plus haute valeur ajoutée, il demandera de nouvelles compétences, à forte dimension émotionnelle et peu automatisables.

Prenons un exemple concret : aux Etats Unis, nous avons aidé un de nos clients « Electricien » à transformer le métier de leurs agents de maintenance, dont une des activités principales consistait à escalader aux poteaux électriques pour contrôler les installations. Ces agents sont aujourd’hui… pilotes de drones, qui leur transmettent les images leur permettant une analyse plus fine, plus rapide et bien moins risquée de ces mêmes installations. Ceci a nécessité investissement technologique, formation, accompagnement du changement.

Les métiers vont donc se transformer – et c’est pourquoi les entreprises, DRH en tête, doivent dès maintenant commencer à « déconstruire » les postes au sein de leur entreprise. Déconstruire, cela revient à raisonner en tâches : il convient de décrire les différentes tâches nécessaires pour fabriquer le produit ou délivrer le service offert par l’entrerpise et d’analyser ensuite celle qui seront confiées à l’IA, digitalisées, robotisées, celles qui seront confiées aux salariés, mais aussi celles qui seront externalisées pour être confiées à des agents extérieurs, mettant leurs compétences au service de l’entreprise, mais sous des formes contractuelles nouvelles et différentes.

Car l’entreprise ne sera plus demain ce système fermé, homogène et rigide gérant des salariés et quelques prestataires, mais devra bien se transformer en un écosystème ouvert au cœur duquel le traditionnel CDI occupera toujours une place centrale, mais au côté de nombreuses autres formes de travail : les prestataires « contractuels », bien sûr (intérim, régies, etc.), mais aussi les travailleurs indépendants, les salariés partagés, les alliances, et même les bénévoles (ne soyez pas surpris – prenez l’exemple de Mozilla, dont 100% du support est assuré exclusivement et gratuitement par les utilisateurs !).

Faisons un petit focus sur les « free-lancers », dont l’explosion sera sans aucun doute un des aspects le plus visibles de cette révolution. Favorisés par les plateformes de talents (Upwork, aux Etats Unis, qui met en relation entreprises et indépendants, selon un modèle comparable à celui d’AirBNB pour les locations saisonnières, réalise déjà plus de …. 2 millions de transactions par jour !), correspondant aux aspirations d’une partie de la jeune génération arrivant sur le marché du travail, ils seront demain une partie importante des talents mis à disposition de l’entreprise. Et le marché verra donc aussi éclore autant de « microentreprises », individuelles, très expertes, et pour lesquelles il faudra aussi inventer de nouvelles formes de rémunération et d’avantages sociaux » (intéressant de remarquer la guerre des talents déjà déclarée entre entreprises de VTC qui doivent trouver les moyens d’attirer et fidéliser les meilleurs chauffeurs).

Plus du tout "binaires", les relations du travail évoluent.<br />

S’adapter, anticiper… pour le meilleur.

Bien entendu, il n’agit pas d’annoncer ici un monde idyllique où tout sera parfait et où chacun trouvera sa nouvelle place sans heurt et sans douleur. Une transformation importante est en cours. Elle va nécessiter une importante capacité d’adaptation, tant de la part des talents que de celle des entreprises. Certains postes disparaitront, où changeront tellement de nature qu’ils seront inaccessibles pour leurs actuels détenteurs. D’autres apparaitront, nécessitant des compétences vraisemblablement plus pointues. Mais n’est-ce pas déjà le cas pour beaucoup d’entre eux ? Le métier de mécanicien automobile n’a-t-il pas été profondément bouleversé par l’explosion de l’électronique embarqué ? Cette transformation, toujours en cours, pas nécessairement simple, se fait malgré tout…

Et enfin, il faut aussi reconnaitre qu’une partie du travail va disparaitre, que la relation de l’homme au travail va aussi se transformer, emportant avec elle une organisation sociétale sans doute différente – à tout le moins dans les pays à haute densité digitale. Et c’est dans ce contexte qu’il est intéressant de lire Marc Zuckerberg, et avec lui Elon Musk et les dirigeants des GAFAM, introduire la notion de revenu universel comme une forme d’alternative… mais ceci est un autre débat, et notre propos aujourd’hui est bien de dire aux entreprise qu’il est important d’anticiper dès maintenant ces grandes transformations, de réinventer leurs modèles d’organisation, et, par-dessus-tout, de préparer leurs salariés – il y va de leur responsabilité sociétale !

Source link

GRAS SAVOYE
Premier réseau de courtage d’assurance en France et tout particulièrement en région, Gras Savoye traite toute la chaîne des risques : le conseil, la négociation des contrats avec les assureurs, la gestion des contrats et des sinistres.
Gras Savoye est une société Willis Towers Watson, entreprise internationale de conseil, de courtage et de solutions logicielles qui accompagne ses clients à travers le monde afin de transformer le risque en opportunité de croissance.

Contacter Gras Savoye