Chantiers FFSA 2009 : l’assurance, un vecteur de diffusion du développement durable au sein de la société

    Professionnels de la gestion des risques, acteurs de la préparation de l’avenir et du développement économique, les assureurs sont étroitement intégrés à tous les niveaux de l’organisation économique et sociale, notamment au niveau local et occupent ainsi une position privilégiée pour promouvoir les actions contribuant au développement durable.

    Bien avant le lancement du Grenelle de l’Environnement, la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) a engagé une réflexion de fond sur le rôle de l’assurance dans le domaine du développement durable. Cette réflexion s’est poursuivie dans le cadre de la commission développement durable de l’Association française de l’assurance, composée de sociétés membres de la FFSA et du Groupement des entreprises mutuelles d’assurances (GEMA). Les travaux ont abouti à l’élaboration d’une charte que l’Association française de l’assurance a officialisée le 20 janvier.

    La charte développement durable

    Cette charte formalise les engagements des assureurs en faveur du développement durable. Au travers de cinq objectifs, déclinés en une vingtaine de points, elle constitue un cadre d’actions susceptibles d’être déployées par les entreprises du secteur de l’assurance.
    La lutte contre le changement climatique et la préservation de l’environnement figurent parmi les principaux objectifs. Mais la charte embrasse un champ bien plus large avec la gouvernance, l’anticipation des besoins futurs liés au vieillissement de la population en matière de santé, de dépendance et de retraite ainsi que la réduction des vulnérabilités sociales. Les assureurs ont également identifié leur contribution au développement économique et à l’investissement responsable.

    Les actions déjà engagées par la profession

    Le contenu de la charte développement durable a d’ores et déjà une traduction concrète dans les actions engagées par les assureurs tout au long de l’année 2008.
    Quelques exemples

    – La participation active des assureurs dès les premières phases du Grenelle de l’Environnement. Mandataire du MEDEF au sein du groupe « santé – environnement », la FFSA a également contribué aux réflexions de plusieurs comités opérationnels, dans le domaine du bâtiment notamment, mais également de la responsabilité sociétale des entreprises.

    – Un travail proactif en vue d’accompagner le plan bâtiment du Grenelle de l’Environnement. Les assureurs construction se sont mobilisés pour faciliter la mise en œuvre du programme de performance énergétique du bâtiment (Pass’innovation, conception de nouveaux produits destinés à garantir aux particuliers la bonne fin des travaux de rénovation énergétique, participation active aux orientations des formations professionnelles nécessaires à la mutation de la filière BTP afin de répondre aux nouveaux besoins de couverture d’assurance…).

    – Une contribution, notamment via la Mission risques naturels (MRN), aux travaux interministériels sur l’adaptation au changement climatique ainsi qu’aux consultations et aux communications de la Commission européenne sur ce thème.

    – L’organisation de séminaires et colloques sur des thèmes spécifiques comme REACH, le Grenelle de l’Environnement, mais également via Sécurité Réparation Automobile (SRA), une journée sur l’impact global de l’automobile sur l’environnement.

    – La signature d’un accord de branche novateur favorisant la promotion de la mixité et la diversité dans le monde de l’assurance.

    – Le parrainage d’initiatives innovantes dans le domaine du développement durable. Les activités développées par les lauréats de la troisième édition des Trophées « Allez de l’avant » en témoignent (SAMU de l’environnement Alsace, l’auto-école sociale de l’association Sadakka, l’entreprise Oliotechnology pour son process de recyclage, l’association Medair pour le développement d’une technique de forage d’eau potable….).

    – Des progrès significatifs dans la réduction des vulnérabilités grâce à un accès élargi à l’assurance et au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé depuis l’entrée en vigueur de la convention Areas.

    – Des propositions concrètes dans le domaine de la dépendance destinées à anticiper le vieillissement de la population, son besoin de financement sans pour autant faire peser des charges financières insupportables sur les générations futures.