Championnats du monde de Ski – Val d’Isère 2009 : 1,4 millions d’euros de budget pour les assurances

Les Championnats du monde de ski alpin qui se déroulent jusqu’au 15 février à Val d’Isère, en Savoie, génèrent un budget « assurance » à la mesure de l’évènement et des risques qui y sont liés. Le Comité d’Organisation a choisi, après appel d’offres, le courtier Aon pour le conseiller et négocier sur le marché de l’assurance.

Comment assurer une compétition sportive qui dépend autant de la nature ? Comme un autre évènement !
« Le risque principal pour le Comité d’Organisation est le risque d’annulation. Si on pense souvent aux risques météorologiques, le public oublie généralement les problèmes d’ordre technique ou des évènements propres à annuler le déroulement d’une compétition sportive, comme un deuil national par exemple. Le risque annulation représente 80% du budget assurance parce que c’est également le risque le plus important et le plus coûteux » explique Aymeri Chomel, directeur Entreprises chez Aon.

Le montant de la garantie s’élève logiquement au montant du budget de l’organisation, à savoir 32 M€ et l’assurance couvre l’annulation de « tout ou partie de la compétition ». C’est-à-dire que l’organisateur est dédommagé en proportion des annulations, qu’il s’agisse d’une course reportée, supprimée ou que la totalité de la compétition soit annulée.
« Le contrat du risque annulation a été placé sur le marché anglais, au Lloyds » révèle M. Chomel.

A chaque épreuve sa valeur

Le budget alloué aux assurances est de 1,4 millions d’euros et le risque « annulation » représente à lui seul plus d’un million d’euros. Il faut dire que le ski alpin dispose de ses épreuves « reines » comme la descente. Les valeurs des épreuves sont fixées par la Fédération Internationale de Ski (FIS) qui détermine les tarifs en fonction de la revente des droits aux diffuseurs. L’assurance se calque sur ces tarifs et dédommageraient l’organisateur, en cas de sinistre, selon cette grille tarifaire.

Assez logiquement, le Comité d’Organisation a également contracté une assurance responsabilité civile. Les AGF, associés à d’autres assureurs en co-assurance, ont obtenu le contrat et assurent les dommages aux biens et aux personnes pour lesquels la responsabilité de l’organisateur serait engagée.
De même, un troisième risque a été couvert. Il s’agit d’une protection pour les dommages aux biens utilisés par le comité d’organisation pour la compétition. Tribunes, écrans, matériel de pistes, éléments pour l’énergie sont donc également assurés. Le Comité d’Organisation a choisi Tokyo Marine pour ce contrat.

« Nous avons consulté quinze assureurs différents, sur les marchés anglais, français et du reste de l’Europe avant le choix final. Surtout, nous avons négociés et figés les taux des primes ainsi que les garanties à l’été 2007, ce qui s’est révélé être une bonne chose pour l’organisateur vu le contexte économique actuel » reconnaît M. Chomel.

Enfin, les membres du Comité d’Organisation ainsi que les bénévoles ont souscrit une assurance individuelle accident avec une option pour une complémentaire santé indépendamment du courtier et du budget « assurance » qui représente environ 5% du budget total de l’organisation.