CDS / Dette : L’assurance sur un défaut de paiement explose

Les CDS ou Credit default swap, ces fameuses polices d’assurance qui permettent d’assurer un produit financier contre un défaut de paiement, ont allègrement profité des rumeurs sur un abaissement de la note française.

Alors que le titre de la Société Générale s’effondrait de 14,74% à 22,18 euros mercredi soir, les CDS contre un risque de défaut de paiement de la banque ont battu tout record. Une conséquence des rumeurs relayées par un article du Daily Mail sur une éventuelle faillite de la Société Générale.

Le spread des CDS à 5 ans sur la Société Générale ont ainsi augmenté de 37 points de base à 371 points de base, ceux de BNP Paribas de 8 points de base à 245 points de base. Seul a tirer son épingle du jeu, le crédit Agricole : le spread de ses CDS a diminué de 15 points de base à 264 points de base.

Les bruits qui ont couru depuis vendredi dernier sur une éventuelle dégradation de la note de la dette souveraine française ont paniqué les marchés. Et puisque la confiance dans la capacité de la France à rembourser sa dette à baissé, les contrats d’assurance permettant de se prémunir contre ce risque ont, eux, explosé.

Bien que S&P a tenté de rassurer les marchés le mal est fait

Bien que Standard & Poor’s a, depuis, tenté de rassurer les marchés quant à la stabilité du triple A de la France déclarant que le gouvernement français était même « plus sérieux » que celui des Etats-Unis sur la gestion, le mal est fait.

Lundi, les CDS à 5 ans sur la dette française atteignaient 165 points de base soit un bond de 20 points. Un record jamais observé : il faut débourser  160.000 euros pour assurer 10M d’euros d’exposition à la dette française. Pourtant, selon les observateurs, le véritable risque s’inscrit plutôt sur le long terme.

Voir également :
Edito : Les assureurs krach bien leur jeu
Interview / CDS : Ces contrats d’assurance dont « les banques sont juges et parties »