Cat’Nat : Le coût des désastres en baisse en 2015 selon Swiss Re

Le coût des catastrophes naturelles et des désastres a reculé en 2015, se chiffrant à environ 85 milliards de dollars (78 milliards d’euros), selon une première estimation du groupe suisse de réassurance Swiss Re.

Le chiffre se situe en-deça de la moyenne sur dix ans, les pertes économiques se montant en moyenne à 192 milliards de dollars, a indiqué le numéro deux mondial de la réassurance dans un communiqué. Elles sont également moindres qu’en 2014, où elles avaient atteint 113 milliards de dollars, a-t-il précisé.

Cette année, les pertes économiques engendrées par les catastrophes naturelles se sont élevées à 74 milliards de dollars tandis que les désastres engendrés par l’Homme, tels que les accidents industriels, se sont chiffrés à 11 milliards.

Sur ces sommes, environ 32 milliards de dollars étaient couvertes par les compagnies d’assurance, a évalué Swiss Re dans une étude baptisée Sigma, précisant que les explosions dans le port chinois de Tianjin devraient être le désastre le plus coûteux cette année. Les estimations quant aux pertes qui devront être prises en charge par les compagnies d’assurances restent encore incertaines, dans la mesure où de nombreuses lignes d’activité et de types de couvertures des risques sont impactées, a expliqué Swiss Re.

Les premières indications suggèrent cependant que la facture pourrait grimper à au moins deux milliards de dollars, ce qui en ferait le désastre le plus coûteux auxquels les assureurs aient jamais été confrontés en Asie. La tempête hivernale qui a touché les États-Unis en février a pour sa part été la catastrophe naturelle la plus coûteuse pour les assureurs, engendrant des pertes évaluées à 2,7 milliards de dollars, dont 2,1 milliards prises en charge.

Le tremblement de terre au Népal, qui a coûté la vie à quelque 9.000 personnes et détruit environ 500.000 maisons, a en revanche engendré des pertes économiques d’environ de plus de 6 milliards de dollars mais des coûts de seulement 160 millions.