Belgique / Intempéries : Les catastrophes naturelles de 2010 coûtent 300M d’euros aux compagnies d’assurance

Les belges ont été touchés par des intempéries à répétition pendant l’année 2010. Ces nombreuses catastrophes naturelles coûtent aux assureurs voisins près de 300M d’euros. De fait, les tarifs d’assurance devraient être impactés, à l’image de la France.

Les catastrophes naturelles n’ont pas épargné la Belgique en 2010. Après avoir essuyé deux tempêtes en février et juillet (coût de 194M d’euros) et des inondations en novembre (coût de 98,1M d’euros), les assureurs voisins doivent payer une note d’environ 300M d’euros. Selon Bart De Smet, le président d’Assuralia (L’Union professionnelle des entreprises d’assurances en Belgique), ce chiffre n’est qu’une première estimation et pourrait encore croître. En effet, le coût des dernières inondations pourrait être revu à la hausse de 20% car certains sinistres n’ont pas encore été traités.

Les assurance devraient augmenter

A l’image de la France, l’année 2009 difficile et les catastrophes naturelles de 2010 auront vraisemblablement un impact sur le coût des assurances en Belgique. Sans avancer de chiffres, Assuralia confirme dans ses perspectives annuelles que plusieurs secteurs seront touchés.

En habitation, les inondations, tempêtes ou chutes de neige vont peser dans la balance. Les assurances incendies (qui couvre l’ensemble des dommages aux bâtiments et à leur contenu) devraient donc augmenter. Il en est de même pour les assurances auto, à cause du trop grand nombre d’accidents graves qui coûtent cher aux compagnies belges. Par exemple, sur 366.000 accidents en tort en 2009, 623 (0,17%) ont requis une indemnisation de plus de 125.000 euros. « Au total, 0,17% des accidents mobilisent 20% du montant des primes d’assurance voiture », déclarait en début de semaine Wauthier Robyns, responsable de la communication d’Assuralia, au site d’information RTL Info.

Sources : RTL Info.be Trends.be