Baromètre / Financi’Elles : Les hommes plus optimistes que les femmes sur la condition féminine en entreprise

Les hommes sont plus confiants que leurs conjointes quant à l’avenir des femmes dans le secteur de la finance… et assez contradictoires, selon la grande consultation lancée par le réseau féminin Financi’Elles et le CSA. 

Financi’elles, le réseau féminin inter-entreprises qui rassemble des femmes d’Axa, du Crédit Agricole, de Barclays, BPCE, la Caisse des dépôts, HSBC et Société générale vient de rendre les résultats de sa grande consultation sur la confiance des femmes cadres dans le secteur de la finance.

Dans un secteur largement féminisé à plus de 50%, les femmes demeurent encore cantonnées à des postes à moindre responsabilités que leurs homologues au cours de leur carrière (voir notre dossier sur le sujet). Les assureurs en jupons constituent 42% de la population cadre mais ne sont que 10% à atteindre les postes dirigeants.

Si la volonté de changement est régulièrement affichée par les entreprises, les résultats n’étant pas encore au rendez-vous, ce « baromètre » apparaît donc comme le meilleur moyen de prendre la température de l’ambiance à venir.

Hommes et femmes interrogés

L’originalité et la force de cette consultation réside dans le fait qu’elle met en miroir la vision des femmes et des hommes. 15.000 femmes sur les 36.000 sollicitées ont répondu et 13.000 hommes sur 50.000 sollicités. Une méthode qui montre que ces derniers n’ont pas pleinement conscience des difficultés qu’éprouvent encore leurs femmes, filles, collègues.

Les deux sexes partagent bien la conviction que davantage de mixité favoriserait la créativité et une meilleure prise en compte du potentiel humain au sein de l’entreprise. 95% de la gente masculine estime que la finance est un secteur favorable lorsque l’opinion féminine chute à 81%.

La contradiction prette à sourire lorsque à la question « pensez-vous que davantage mixité dans les postes à responsabilité serait porteur de stabilité et de régulation », le taux de « oui » de ces messieurs tombe à 67%, 91% de ces dames en étant convaincues.

Une affaire de génération

90% de ceux-ci pensent qu’elles sont satisfaites de leur carrière, alors qu’elles ne sont que 69% à le dire. 88% des hommes pensent que leurs collègues ont confiance en leurs capacités. Moins sûrs d’eux-mêmes dans le partage domestique, seuls 66% estiment qu’elles sont satisfaites de leur équilibre vie professionnelle et vie privée – et donc qu’ils ont leur part à prendre? Les femmes sont 90% à s’estimer sûres d’elles-mêmes quand 71% sont heureuses de la répartition entre vie privée et professionnelle.

Reste qu’à l’aube de 2012, seule 1 femme sur 2 a le sentiment d’être traitée à l’égal de l’homme, pour voir le verre à moitié plein. 2 sur 3 estiment que la situation ne s’est pas améliorée au cours des deux dernières années.

La confiance des femmes montre cependant que l’évolution se fera avec les générations, puisque plus les personnes interrogées sont jeunes, plus elles en sont assurées. Si les plus de 40 ans sont 30 à 40% a se montrer confiantes, les moins de 30 ans sont plus de 50% à se montrer optimistes.