Axa APH : La cotation de l’assureur suspendue à la Bourse de Sydney

La cotation de la filiale de l’assureur français Axa, Axa Asia Pacific holdings (APH), a été suspendue jeudi à la Bourse de Sydney, à la demande de la société qui a indiqué, dans un communiqué, qu’une annonce de l’autorité de la concurrence la concernant était imminente.

Axa APH a demandé que la cotation soit suspendue jusqu’à l’ouverture de la séance de lundi, demande accordée par l’opérateur de la Bourse de Sydney (ASX). L’autorité de la concurrence australienne (ACCC) doit statuer sur les propositions formulées par la banque australienne National Australia Bank (NAB) dans le cadre de son offre de rachat des activités australiennes et néo-zélandaises d’Axa APH.

Mi-avril, l’ACCC avait estimé que l’intégration des activités australiennes d’Axa APH par NAB aurait conféré à la banque une position dominante sur une partie du métier de la gestion d’actifs. L’ACCC n’était pas joignable jeudi pour commenter cette information. Contacté par l’AFP, Axa s’est refusé à tout commentaire.

Axa, Axa APH et NAB sont convenues, mi-juillet, de prolonger jusqu’à fin août le délai pour répondre aux inquiétudes de l’autorité de régulation. L’accord passé avec NAB prévoit le rachat de la totalité du capital d’Axa APH, dont Axa contrôle 53,9%, par la banque australienne, qui rétrocèderait ensuite les activités asiatiques à Axa pour ne conserver que les filiales australienne et néo-zélandaise.

Au total, la facture s’élève pour l’assureur français à 2,2Mds de dollars australiens (1,4Md d’euros), correspondant à la différence entre le prix de rachat des activités asiatiques et le prix de cession de sa participation dans Axa APH.

Début novembre, la compagnie australienne d’assurances et de gestion de patrimoine AMP avait conclu avec Axa un accord aux principes identiques, mais moyennant un prix inférieur. L’offre avait été initialement refusée par le conseil d’administration, ce qui avait conduit Axa et AMP à relever leur offre.

Mi-décembre, NAB, troisième banque d’Australie, avait soumis une contre-offre, avec une option intégralement en numéraire, alors qu’AMP ne proposait qu’une partie en cash et le reste en actions. Une option qui a séduit le conseil d’administration et les actionnaires d’Axa APH.

Paris, 5 août 2010 (AFP)