Auto : Difficile retour à l’équilibre pour les assureurs français, allemands et britanniques selon S&P

Entre stratégie de tarification et pression concurrentielle, les assureurs français, allemands et britanniques mènent « une lutte acharnée pour maintenir leur profitabilité », selon un rapport de Standard & Poor’s.

Les assureurs auto pourraient ne pas atteindre l’équilibre sur leurs résultats techniques avant 2012 au mieux au Royaume-Uni, plus tardivement en France et en Allemagne, selon un rapport de S&P intitulé « Assureurs automobiles en Allemagne, en France et au Royaume-Uni, le long chemin vers la reprise ».

« C’est parce qu’ils opèrent dans des marchés matures et fortement concurrentiels, qui entraînent une réduction des primes  en Allemagne et en France mais une augmentation au Royaume-Uni afin de suivre la hausse des réclamations », a déclaré Johannes Bender, analyste de crédit chez Standard & Poor.

« Cela a freiné la performance de souscription et donc les résultats techniques, dans les trois marchés » précise-t-il. Les assureurs compensent habituellement les années difficiles grâce aux revenus tirés du placement de leurs primes, mais le contexte de marché  et le niveau historiquement bas des taux d’intérêt ont fait chuter ces revenus.

Pression concurrentielle en France et au RU

En France, les acteurs du marché réagissent à la hausse des demandes d’indemnisation liées aux lésions corporelles par une forte augmentation du prix des primes. Le nombre élevé d’acteurs sur le marché, en particulier des mutuelles, maintient également la pression concurrentielle.

« Etant donné les prévisions faibles du PIB de la France et des revenus de placement, des prix en hausse seront la principale source de croissance de ce marché » précise le rapport. L’agence estime que l’évolution des primes devrait suivre l’inflation, attendue à 1,7% en 2012 selon la dernière estimation du gouvernement. S&P prévoit que la hausse aura atteint 3% sur l’ensemble de 2011, après 5% en 2010.

Du côté du marché britannique, les perspectives de S&P ne sont que « légèrement positives » à cause des réclamations pour blessures corporelles. Les entreprises ont également réagi par une hausse des prix ainsi que par de fortes initiatives d’incitation à la souscription, qui ont donné un coup de pouce à la performance 2010 et persistera en 2011. « Pourtant, nous doutons que le secteur atteindra la rentabilité globale d’ici 2012 et ne croyons pas que la hausse des prix offre une solution à long terme pour compenser les blessures corporelles. »

Une augmentation modeste des primes en Allemagne

En Allemagne en revanche, S&P s’attend à ce que les assureurs automobiles augmentent modestement leurs primes entre 2011 et 2012, à travers de nouvelles stratégies de tarification qui devraient bénéficier à leurs résultats techniques. « Pourtant, nous ne pensons pas que cela sera suffisant pour prévenir d’autres pertes techniques, notamment liées à l’augmentation des réclamations en hiver ainsi qu’à la pression concurrentielle qui pèse sur la baisse des tarifs » selon S&P.