Assurance-vie : Les Français sont attirés par la sécurité et par moins de taxes

Selon un sondage, les Français recherchent la sécurité avant tout en matière d’épargne. Le livret A arrive en tête des placements, avec l’assurance-vie dont la part action pourrait attirer si le capital était protégé.

La FFSA a réalisé, en partenariat avec Ipsos, les 4 et 5 janvier un sondage sur l’épargne. Sur les 956 personnes interrogées, 74% ont déclaré que leur “priorité en matière de gestion de [l’] épargne” était la “sécurité de l’épargne en ne prenant pas de risque“, une double affirmation du caractère sécuritaire. 15% des sondés se montraient prêts à “prendre un peu de risque en cherchant à améliorer un peu le rendement”, ce qui est bien… peu.

La FFSA a ainsi pu constater que parmi les 53% de français affirmant un intention probable d’épargner dans les six prochains mois, 75% se tourneraient vers le livret A et 42% vers l’assurance-vie, qui arrive en deuxième position.

Ne pas changer la fiscalité et ne pas rajouter de taxes

Les sondés précisent en outre que peu seraient disposés à investir dans des actions d’entreprises même pour soutenir l’économie française. C’est même précisément à cette question qu’il fallait répondre, avec un élan de solidarité nationale. 37% ont répondu oui, 62% sont contre sur l’ensemble du panel, tandis que 41% sont pour et 58% contre parmi les détenteurs d’un contrat d’assurance-vie. Une proportion qui pourrait toutefois intéresser les assureurs qui peinent à convaincre les épargnants pour l’achat d’unités de compte.

Autre incitation, avec la “garantie de ne pas perdre l’argent investi” dans les actions d’entreprises, les résultats sont tout autres. 72% des Français et même 76% des détenteurs d’un contrat assurance-vie se montrent plus ouvert à l’épargne en actions. Mais il s’agit là d’un capital garanti tout au moins.

Pour la FFSA, le sondage réalisé avant les déclarations sur de possibles incitations à investir les avoirs de l’assurance-vie vers l’immobilier ou plus récemment les TPE – PME montre que ce sont bien les placements sans risques qui séduisent. Et que les Français ont besoin d’une stabilité fiscale. Qu’ils soient détenteurs ou non d’un contrat assurance-vie, de 60 à 63% des sondés ont affirmé qu’ils souhaitaient avant-tout que le gouvernement “conserve le même niveau de taxes sur l’assurance-vie parce que l’épargnant a besoin de stabilité“. Un tiers réclame même un nouvel allègement fiscal. Un sondage en forme de pétition.