Assurance-vie : L’Afer demande le retrait de l’amendement relevant la fiscalité de 20 à 25% sur les contrats en cas de décès

Gérard Bekerman, président de l’Afer, l’une des principales associations d’épargnants en France, réclame le retrait d’un amendement au collectif budgétaire relevant la fiscalité sur l’assurance-vie en cas de décès, dénonçant l’approximation et une “absence de réflexion” des élus.

Un amendement au projet de loi de Finances rectificative pour 2011, actuellement en cours d’examen à l’Assemblée nationale, prévoit une hausse de 20% à 25% du taux de taxation sur les contrats d’assurance-vie en cas de décès. “L’Afer s’élève contre la légèreté, la non construction et l’absence de réflexion fondamentale” qui a présidé à la présentation de cet amendement, a déclaré à l’AFP Gérard Bekerman.

Le président de l’association d’épargnants s’élève aussi contre une autre disposition, également introduite par les députés, qui modifie la fiscalité de l’assurance-vie pour les non-résidents. “Ces rectifications permanentes, ces attaques en douceur, ébranlent la confiance que les Français ont mis dans le gouvernement”, a fait valoir Gérard  Bekerman.

Plusieurs mesures avaient été envisagées pour l’assurance-vie par le gouvernement dans le cadre de la réforme de la fiscalité, mais elle a finalement été épargnée, avant d’être à nouveau sous les projecteurs de l’Assemblée. “Nous estimons que l’assurance-vie a été lourdement pénalisée et qu’elle ne se porte pas bien”, a souligné M. Bekerman

L’assurance-vie a effectivement connu un très fort ralentissement depuis le début de l’année, mouvement que les assureurs attribuent à la baisse de rendement de ce produit, à la hausse du taux du Livret A, à des rachats (retraits) mais aussi aux incertitudes persistantes sur la fiscalité.

Avec AFP