Assurance Loisir / “Sports à risques” : Les parachutistes licenciés à la fédération doivent être assurer

Au rayon des sports à risques, le parachutisme trouve sa place. La Fédération laisse le choix à ses licenciés : s’assurer via son partenaire, ou par leurs propres moyens, mais ils doivent être assurés en plus de la responsabilité civile obligatoire !

Le parachutisme est considéré par les assureurs “classiques” comme un sport à risque. Mais pratiquants comme dirigeants réfutent le terme. « Le parachutisme est un sport extrême mais pas forcément dangereux. Evidemment, tout accident est ‘fatal’, mais c’est moins risqué que le motocross par exemple, et la sécurité fait partie intégrante de la pratique » confie Matthieu, une centaine de sauts ‘loisirs’ à son actif.

Question assurance, les parachutistes n’ont pas vraiment le choix. « Soit ils s’assurent par eux même et doivent nous présenter un certificat pour obtenir leur licence, soit ils souscrivent à l’assurance vendue par notre partenaire »explique-t-on du côté de la fédération.
La couverture, une individuelle accident doublée de prévoyance, garantie les frais médicaux ainsi qu’un capital invalidité et décès. Jusqu’en décembre 2009, c’est le courtier OAAGC, dont le cœur de métier est plutôt l’assurance des aéronefs, l’assureur. D’ailleurs, OAAGC reconnaît que parfois, les assurances sont doublées dans certains cas.

« J’avoue que je ne me suis pas trop posé de questions, par paresse, pour savoir si j’étais déjà assuré » ajoute Matthieu, « mais quand j’ai souscrit mon prêt immobilier, j’ai demandé à ma banquière qui m’a confirmé que j’étais bien couvert, moyennant une surprime ». Car les risques en parachutes sont multiples, mais les sinistres souvent très graves. « En tout cas, ça ne m’a paru stupide de la prendre bien que le centre école dans lequel je saute n’ai jamais fait le forcing pour que je la prenne ».

Rappelons que les clubs sportifs sont obligés de proposer des assurances individuels accidents à leurs licenciés lorsqu’ils prennent leurs licences. Toutefois, il est toujours possible de demander à son assureur habituel, surtout si vous avez souscrit une assurance santé et/ou prévoyance, s’il vous couvre en cas d’accident de parachute.

Fédération Française de Parachutisme