Assurance / Internet : Les assureurs n’échappent pas à Google Panda

Depuis quelques jours, « Panda », le dernier filtre du moteur de recherche Google, fait le ménage dans le référencement des sites internet. Les assureurs n’échappent pas à la règle et certains semblent déjà pénalisés.

Sous ses airs de nounours tendre et câlin, « Panda » est devenu la terreur des sites internet du globe. Depuis sa mise en place il y a quelques jours, le nouveau filtre de nettoyage de Google est censé améliorer le classement de nombreux sites de qualité pour les requêtes effectuées sur le moteur de recherche. En France, les assureurs et leurs plateformes web n’échappent pas à la surveillance de la bête et c’est le « coup de bambou » pour certains.

Dernièrement, Résonéo, une société de conseil en stratégie marketing, a publié un monitoring de l’évolution de la visibilité des sites sur Google.fr pour une liste de 35.000 mots clés génériques (entre le 23 juillet et le 12 août 2011). « A partir de ces 35.000 mots-clés, nous avons établi une liste des sites qui remontent pour 45 mots-clés minimum sur les 2 premières pages de Google », explique Olivier de Segonzac, directeur associé de Résonéo. « Nous avons effectué cette analyse avant et après la mise en place de Panda pour établir les changements de présence et de visibilité des site sur le moteur de recherche ».

Parmi ce classement, assureurs et comparateurs d’assurances connaissent des fortunes diverses. La palme revient à maaf.fr qui gagne près de 62% de visibilité après l’effet Panda, remontant pour 110 mots-clés sur les 2 premières pages Google au lieu de 68 avant le filtre. Les comparateurs eux ne gagnent pas de visibilité (0% pour hyperassur.com et -3,7% pour assurland.com). A noter enfin dans ce monitoring la forte chute de direct-assurance.fr qui perd 8,5% de visibilité sur le moteur de recherche en France.

Des méthodes de calcul différentes

Dès l’apparition de Google Panda le weekend dernier, plusieurs organismes ont déjà mesuré les variations de référencement des principaux sites web français avec des méthodes de calcul très différentes. En début de semaine, nous faisions déjà état du classement Ranking-Metrics (voir notre article sur le sujet) qui mesurait une évolution de la visibilité de 31.9% pour maaf.fr. La société SearchMetrics France a également publié un classement de sites basé sur les analyses de leur indice de visibilité (« positionnement des sites sur les principaux mots clés du secteur mais également corrélé selon la part de trafic généré par les mots clés »).

Il ne faut donc pas s’affoler, même si certaines entreprises avaient déjà prévu la sentence de Panda, le filtre n’en est encore qu’à ses débuts. « Il s’agit de filtres successifs qui sont poussés en manuel par Google à un instant T », poursuit Olivier de Segonzac . « Il y a déjà eu 3 mises à jour depuis son lancement et il y a encore des effets de bord et des corrections à effectuer. Pour l’heure il s’agit d’updates manuelles et une fois que Google sera satisfait de l’efficacité de l’outil, il passera en automatique », ajoute-t-il.

Survivre à Panda

Certaines compagnies ou comparateurs d’assurance qui ne travaillent que sur le web peuvent être impactés par un mauvais ranking. Google est aujourd’hui le moteur de recherche incontournable. Il est donc indispensable de résister à l’effet Panda. « Il faut essayer d’avoir des contenus originaux et sortir de l’univers lexical appauvri des nombreuses requêtes », expliques M. de Segonzac. « Il faut utiliser des mots rares qui donnent une valeur ajoutée à son site. Il ne faut pas oublier la partie ergonomique du site, ne pas utiliser trop de publicité et éviter les fausses promesses en ligne », conclut ce dernier.

Comments are closed.