Assurance / Construction : Verspieren lance une gamme d’assurances pour les bâtiments durables

Le courtier Verspieren lance « Batigreen », une gamme d’assurances destinée à couvrir les nouveaux risques liés à la construction de bâtiments durables.

Dans le cadre de la réglementation du Grenelle de l’environnement, Verspieren vient de lancer une gamme de produits d’assurances destinée à couvrir les nouveaux risques liés à la constructions de bâtiments durables. Baptisée « Batigreen », cette palette d’offres s’inscrit dans la dynamique de développement du quatrième courtier Français.

« L’activité du pôle immobilier et construction représente 10% du chiffre d’affaires annuel du groupe (255,3M d’euros en 2009) », explique Claude Delahaye, directeur de la construction et du développement durable chez Verspieren. « Le Grenelle de l’environnement apporte une nouvelle donne dans le paysage de l’immobilier. Aujourd’hui, on demande aux bâtiments d’être performants sur le plan énergétique et de nouveaux risque apparaissent. Nous voulons donc apporter des solutions d’assurances face à ces risques ».

Cinq solutions distinctes

Le courtier propose dans une premier temps, une assurance multirisques bâtiments, avec des garanties spécifiques pour les équipements des immeubles HQE (Haute Qualité Environnementale). Ensuite, Verspieren met a disposition des garantie de performance énergétique pour les maître d’œuvre de maisons individuelle (neuves et en rénovation). Cette police couvre l’ouvrier/installateur qui garantie une performance énergétique lors de la construction ou la rénovation d’une maison individuelle. « Si la performance n’est pas au rendez-vous, nous finançons les travaux pour arriver aux niveaux de performance fixés au départ », ajoute Claude Delahaye.

Dans un quatrième temps, Verspieren propose une garantie RC professionnelle pour les bureaux d’étude thermique. Enfin, dès le 1er janvier 2011, le courtier mettra à disposition Energ’Assur, une garantie mise en place avec le syndicat professionnel UECF. Cette dernière couvre les conséquences pécuniaires des engagements énergétiques annoncées par le chauffagiste. « Quand ils proposent un changement d’équipement, les chauffagistes peuvent garantir une amélioration énergétique. Ils sont couverts sur l’engagement qu’ils proposent à leur prospect », précise Claude Delahaye. Il s’agit d’un contrat de 5 ans, avec une première année de banalisation sans assurance, pour les maisons individuelles et les copropriétés sans mutation.

Un marché porteur

« Il y a 200.000 maisons neuves qui se bâtissent en France tous les ans et on compte près de 2 milliards d’euros de sinistres sur construction (solidité et étanchéité) chaque année. Aujourd’hui, on ajoute à ça de nouveaux risques, il faut donc une assurance qui va avec », poursuit M. Delahaye.

« Pour l’avenir, nous souhaitons approcher les autres corps de métier par secteur (traitement des façades, fabricants et importateurs d’équipement de chauffage, entreprises d’énergies renouvelables, panneaux photovoltaïques), ainsi que les groupements d’entreprises. Nous n’avons pas de Business Plan précis, même si nous souhaitons atteindre le doublement de notre chiffre d’affaires d’ici à dix ans », conclut ce dernier.