Assurance / Cession : Aviva souhaite se séparer de sa filiale d’assurance et de dépannage auto

Accident de voiture

L’assureur britannique Aviva veut céder RAC, sa filiale britannique d’assurance et de dépannage automobile, dont il espère tirer au moins 600M de livres (683M d’euros), a affirmé vendredi le Times.

Selon le quotidien britannique, le processus de vente n’en est qu’à ses débuts, mais plusieurs groupes, à la fois des sociétés agissant dans le secteur et des fonds d’investissement, auraient déjà fait part de leur intérêt pour la filiale.

Le journal ajoute que la vente de RAC pourrait prendre plusieurs mois mais qu’Aviva n’exclut pas d’y renoncer s’il ne parvient pas à négocier un bon prix. Selon les informations du Times, qui ne précise pas la nature de ses sources, le groupe voudrait obtenir au moins 600M de livres.

Cette somme représente deux fois moins que le prix qu’Aviva avait déboursé en 2005 pour acquérir RAC. Mais l’assureur britannique a revendu depuis plusieurs pans de l’assureur auto : sa filiale française (RAC France), et celle de réparation de pare-brises Auto Windscreens. Interrogé par l’AFP, Aviva n’a pas commenté ces informations.

Les investisseurs n’ont guère réagi. Vers 12H30 GMT, l’action du groupe gagnait 0,60% à 434,2 pence, dans un marché londonien en hausse de 0,11%. Aviva est le deuxième assureur britannique par la capitalisation boursière, juste derrière son grand rival Prudential.

RAC (émanation du Royal Automobile Club fondé en 1897, le pendant anglais de l’Automobile Club de France) compte plus de 7 millions de clients au Royaume-Uni.

Londres, 25 mars 2011 (AFP)