Nicolas Hénard, du doublé olympique à l’assurance

    Nicolas Hénérd, ancien directeur général de Gras-Savoye dans le Nord, a décroché deux médailles d’or en Tornado (catamaran) dans deux olympiades. Plutôt que de se reposer sur ses lauriers, il est retourné à l’école, a fait HEC pour y apprendre le métier de cadre dirigeant. Ce qui lui a permis de réaliser un parcours sans faute chez Zurich Assurances et Gras-Savoye.

    Sur le coup, il n’a pas réalisé. C’était en 1992 à Barcelone et Nicolas Hénard, 47 ans aujourd’hui, décrochait sa seconde médaille d’Or en Tornado, après celle de Séoul quatre ans plus tôt. Avant lui, seul l’escrimeur et futur agent général Christian d’Oriola avait fait mieux avec quatre titres d’affilée. Sans Jean-François Deniau ou Jean-Pierre Debourse, il serait encore professeur de sport. Ce dernier l’aiguille vers l’entreprise, avec ces mots : « vous êtes un homme de projets ». A peine descendu de l’Olympe, l’ex-sportif file donc parfaire sa formation à HEC.

    « Le changement a été un peu violent. J’ai eu des moments de doutes. Mais ce retour à l’école a été salutaire parce qu’il m’a évité de me croire sur un piédestal et que ma célébrité serait toujours payante » se souvient l’ancien DG de Gras-Savoye à Lille, désormais directeur du développement d’Entreprises & Cités. Nicolas Hénard y a acquis sans passe-droits ou dérogation, « la meilleure des crédibilités pour faire autre chose que de la voile grâce à la meilleure boîte à outils pour diriger des entreprises, en validant mes compétences sportives comme la capacité à mener à bien des projets intenses et compliqués ». Il évoquera les « purs moments de bonheur » éprouvés quand des collaborateurs découvraient son palmarès cinq ans après son recrutement, lui démontrant ainsi sa légitimité professionnelle.

    « Je me suis toujours méfié de la solution de facilité consistant à être recruté seulement pour mes médailles. Çà ressemble trop à un miroir aux alouettes et à long terme, ce n’est pas viable » expose-t-il. Il arrive dans l’assurance suite au choix « original et courageux » de Philippe Roche, à l’époque directeur général de Zurich Assurances, qui « cherchait un profil hors des clous, portant un regard neuf sur l’assurance. Quand je disais ne rien y connaître, il me répondait ‘la technique çà s’apprend’ avant de m’encourager à être naturel ». Peu emballé par son absorption par Generali, il retourne dans sa région d’origine diriger le bureau historique de Gras Savoye. Avant de rebondir il y a deux ans vers un autre projet : la relance d’Entreprises & Cités, le réseau des entrepreneurs du Nord-Pas-de-Calais.