Dossier : Les TNS, un marché au fort potentiel de croissance

    Le marché des TNS intéresse beaucoup d’acteurs, sauf peut-être les premiers concernés, à savoir les TNS eux-mêmes. Ces derniers sont finalement assez peu couverts, du moins en assurance de personnes.

    On pourrait croire les indépendants très préoccupés par leur couverture assurantielle. Ces derniers mois ils ont en effet été nombreux à battre le pavé et à dénoncer la gestion du RSI, autrement dit leur Sécurité sociale. Et pourtant, il semblerait que ce ne soit pas le cas. Du moins sur certaines couvertures complémentaires comme la santé et la prévoyance. Pourtant, depuis 1994 et la loi Madelin, les Travailleurs non-salariés (TNS) sont incités à se couvrir en prévoyance. Ces derniers sont ainsi assez mal couverts en cas de décès, d’invalidité, ou d’arrêt de travail.

    Pour autant, selon la FFSA, seuls 75% des TNS étaient couverts par un contrat Madelin en 2013. Un chiffre en baisse par rapport à 2012 (78%). La tendance s’est même confirmée avec une baisse de 7% pour l’ensemble du marché FFSA en 2014. « La prise de conscience de l’importance de la prévoyance chez les chefs d’entreprise reste limitée en France, explique Doria Cherkaski, directrice marketing chez Metlife. C’est une population qui n’a pas le temps et qui passe souvent par des experts-comptables peu rompus aux problématiques de protection sociale des dirigeants.”

    Les chiffres sont encore plus faibles sur certaines garanties particulières. Ainsi, à peine 40% des indépendants étaient couverts en incapacité-invalidité selon la FFSA. La proportion descend même à un travailleur non-salariés sur quatre en couverture décès.

    Face au potentiel de croissance manifeste de ce marché, courtiers et assureurs s’organisent. Metlife prévoit de monter à 5000 courtiers actifs avec lesquels il travaillera, et vise également les conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI). « C’est un réseau sur lequel il est important de capitaliser pour développer notre offre », indique Doria Cherkaski. Même stratégie du côté de Ciprés Assurances. “Nous avons engagé une collaboration avec environ 3.000 courtiers en France métropolitaine, sachant que nous visons l’objectif de 5.000 courtiers”, souligne Laurent Ouazana, président de Ciprés. L’objectif affiché et d’assoir le maillage territorial pour aller chercher les TNS sur l’ensemble du territoire. La proximité est en effet un enjeu crucial pour toucher cette population.