Dossier : “35% de nos recrutements en CDI sont des jeunes”, selon Frédérique Bouvier Axa France

    Jeunes, handicapés, séniors, femmes… Autant de sujet que la directrice du recrutement de chez Axa France, Frédérique Bouvier, aborde lorsque l’on traite la thématique de l’emploi.

    Quelle place ont les jeunes au sein d’Axa France ?

    Axa est une entreprise qui recrute beaucoup de jeunes, nous avons deux manières de les recruter. Tout d’abord l’alternance. Puis nous recrutons aussi directement en CDI. Sur ces recrutements en CDI nous avons environ 30 à 35% des recrues qui sont des jeunes de moins de 26 ans. Pourquoi ? Car nous recrutons, d’abord, des profils de juniors pour qu’ensuite ces collaborateurs là se développent et évoluent chez nous. Ensuite parce que nous recrutons notamment des informaticiens et que ce sont essentiellement des gens qui ont une année voire deux années d’expérience dans ce domaine. Nous recrutons aussi beaucoup de jeunes car nous sommes dans une logique de renouvellement de notre pyramide des âges.

    Quel avantage retirez-vous des contrats en alternance ?

    Axa France un acteur de référence et se veut socialement responsable. L’alternance nous permet de connaître les jeunes. La meilleure manière de recruter c’est de recruter quelqu’un que l’on connaît déjà et qu’on a vu travailler depuis plusieurs années. L’alternance est un excellent moyen d’accéder à l’emploi chez nous, nous recrutons environ 600 alternances tous les ans. La moitié d’entre eux sont placés sur des postes de commerciaux. L’autre moitié travaille sur les métiers de l’assurance. Nous avons un taux de concrétisation de CDI fort sur ces alternances car 40% des alternances commerciaux signent un CDI et un tiers des jeunes collaborateurs sur les métiers de l’assurance aussi.

    Quelle est votre politique d’insertion des handicapés ?

    Nous avons un accord en faveur du handicap chez Axa. Cet accord est assorti d’objectifs de recrutements, nous avons une cinquantaine de recrutements à faire sur une période de 3 ans (2011-2012 et 2013). Premièrement, nous recrutons en CDI directement les collaborateurs qui sont dans une situation de handicap déclarée et nous recrutons aussi des alternants dans des logiques de certifications de parcours professionnel aux métiers de chargés de clientèle dans le monde de l’assurance… Ce sont des promotions spécifiques Axa. Au sein de la direction nous avons une mission handicap qui valorise notre action et qui est en lien avec tout le tissu associatif.

    Quel pourcentage de femmes avez-vous dans l’entreprise ?

    Nous avons 54% de femmes au sein d’Axa France. Ces dernières années, notre action a été de faire en sorte que le nombre de femmes accédant aux fonctions d’encadrement supérieur augmente. En 2012, nous avions 30% de cadres dirigeants qui sont des femmes et en 2006 il n’y avait que 18% de femmes et en 2008 24%. Notre principal enjeu est de briser le fameux “plafond de verre”.

    Est ce que le salaire moyen homme est très différent du salaire moyen femme ?

    Nous avons un budget, une enveloppe, qui vise à lisser les éventuelles différences salariales qu’il y aurait entre les hommes et les femmes a expérience égale et à métier comparable.

    D’une manière globale, quel type de profils recrutez-vous majoritairement ?

    Nous avons une action très forte envers nos réseaux de distribution, c’est le réseau AEP, ce réseau recrute, traditionnellement, environ 600 personnes par an en CDI. Nous avons aussi nos réseaux d’indépendants qui recrutent, d’une manière assez importante, car au niveau du réseau des agents généraux d’assurance, il y presque 250 collaborateurs de plus par an. Ensuite sur les métiers de siège et d’assurance, il y a 300 CDI par an, avec toujours une prédominance des profils informatiques.

    La FFSa et le Gema ont signé le premier accord de branche en ce qui concerne le contrat de génération, en quoi cela va vous impacter ?

    On s’attache, d’abord, à négocier au niveau de notre représentation syndicale groupe, nous allons débuter la séance de négociations la semaine prochaine. Ensuite nous allons insérer ces dispositifs dans nos accords de Gpec assez denses que nous venons de signer pour la période 2013 – 2015.

    Quelle est la politique d’emploi au niveau des seniors ?

    Nous nous sommes dotés d’objectifs de maintien des seniors dans l’emploi. Nous avons mis en évidence tout ce qui est lié à la transmission des compétences via un tutorat, ce qui nous semble essentiel dans le monde de l’assurance. Quand les gens ont fait toute leur carrière sur leur métier, forcément ils ont beaucoup de savoir à partager. Nous avons plus de 35% de notre personnel qui a plus de 55 ans. Nous avons une sociodémographie qui est assez caractéristique des entreprises qui se sont constituées autour des baby-boomers.