Allianz continuera de souffrir de dépréciations d’actifs au 2ème trimestre, entre 300 et 400 millions d’euros

    0

    allianz-70L’assureur allemand Allianz a dégagé un bénéfice net minime au premier trimestre, selon des chiffres publiés mercredi, ses résultats ayant notamment été plombés par d’importantes dépréciations d’actifs, un scénario qui devrait se poursuivre au deuxième trimestre.

    Le groupe s’attend à des dépréciations d’actifs supplémentaires comprises “entre 300 et 400 millions d’euros” au deuxième trimestre, a estimé son directeur financier Helmut Perlet mercredi lors d’une conférence téléphonique.

    Au premier trimestre, le groupe a passé plus de 750 millions d’euros de dépréciations d’actifs sur la période, notamment pour réajuster la valeur comptable de ses investissements dans la banque espagnole Banco Popular et l’assureur américain Hartford Financial Services, a précisé M. Perlet. Allianz avait déjà prévenu que les charges de la vente de Dresdner Bank, la filiale bancaire déficitaire cédée cette année à Commerzbank, pèseraient à hauteur de 400 millions d’euros sur les chiffres du premier trimestre.

    Allianz possède désormais environ 14% de la nouvelle Commerzbank, mais n’a pas eu besoin de passer des dépréciations sur sa part au premier trimestre, a indiqué M. Perlet.

    Le bénéfice net du groupe a atteint 29 millions d’euros au premier trimestre, contre 1,15 milliard un an plus tôt. Le résultat opérationnel du groupe a atteint 1,4 milliard d’euros, soit une chute de 35,5% sur un an, confirmant des chiffres provisoires divulgués fin avril.
    Le chiffre d’affaires d’Allianz a au contraire légèrement progressé à 27,7 milliards d’euros (+2,8% sur un an).

    “Le groupe a enregistré un développement stable (…) dans un environnement de marché difficile comme auparavant”, a estimé Helmut Perlet, qui a relevé notamment “des signes du début d’une reprise” dans le secteur de l’assurance vie et maladie.
    Dans la division d’assurance dommages, le ratio combiné (le rapport entre les coûts supportés par l’assureur et ses primes) s’est dégradé sur un an, passant de 94,8% à 98,5% au premier trimestre : plus ce ratio s’approche de 100%, moins les profits sont élevés. Allianz a été pénalisé au premier trimestre par les incendies en Australie et les tempêtes en France, a avancé M. Perlet.

    M. Perlet a aussi jugé le groupe “très bien capitalisé”, écartant le besoin de liquidités supplémentaires. Il n’a pas cité d’objectifs pour l’année en cours, en raison de l’incertitude sur les marchés financiers qui rende les prévisions “impossibles” à l’heure actuelle.

    AFP