Aggravation des conséquences des risques psychosociaux (RPS)

Alors que les risques psychosociaux et le stress augmentent ces dernieres années dans le monde entier, les employeurs assument inévitablement une grande partie de cette charge.

Le rapport spécial de notre enquête « 2020 Global Medical Trends » sur la dérive des coûts de santé souhaite tirer la sonnette d’alarme sur l’aggravation des troubles psychosociaux et du financement de leur traitement. L’ampleur de cette crise est telle qu’elle a fait l’objet d’une attention particulière de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui a débouché sur un plan d’actions pour la santé mentale 2013-2020. Quatre objectifs principaux ont été identifiés comme suit :

  • Parvenir à ce que la santé mentale devienne une des priorités,
  • Proposer des services pour réduire les risques psychosociaux,
  • Mettre en œuvre des actions de prévention,
  • Améliorer le pilotage et le suivi de ce risque.

Willis Towers Watson considère qu’un état de bonne santé mentale se manifeste par des activités productives, des relations épanouissantes avec les autres, une meilleure capacité à s’adapter au changement et enfin à relever de nouveaux défis. A ne pas confondre avec le bien-être émotionnel qui se rapporte précisément aux compétences sociales / émotionnelles, telles que les capacités d’empathie ou de la maîtrise des émotions.

Quelques statistiques

L’enquête révèle les points suivants pouvant intéresser tout particulièrement les employeurs :

  • Les troubles de la santé mentale sont courants dans l’ensemble de la population active du monde entier. En effet, environ trois employés sur dix souffrent de stress, d’anxiété ou de grave dépression.
  • Plus de 300 millions de personnes de tout âge sont atteint de dépression dans le monde.
  • Une personne sur quatre est touchée par un trouble mental à un moment de sa vie ; près des deux tiers ne demandent jamais l’aide d’un professionnel de la santé.
  • Il a été observé que les troubles dépressifs et d’anxiété ont augmenté de 15 à 20% au cours de la dernière décennie.
  • 800 000 personnes se suicident chaque année, soit l’équivalent d’une personne toutes les 40 secondes.

Il est à noter que la santé mentale a des répercussions négatives sur les employeurs impactant la productivité et augmentant le taux d’absentéisme. En effet, dans beaucoup de pays développés, 35% à 45% de l’absentéisme au travail est dû à des troubles de la santé mentale. Les pertes économiques mondiales liées aux troubles de la santé mentale entre 2011 et 2030 sont estimées à 16 300 milliards de dollars, soit un niveau comparable à celui des maladies cardiovasculaires mais supérieur au cancer, aux maladies respiratoires chroniques et au diabète.

Couverture des risques psychosociaux

La couverture de la santé mentale est plus largement présente en Amérique Latine que dans toute autre région du monde. Au Brésil, les traitements pour la santé mentale font partie intégrante de la couverture obligatoire. En revanche, au Mexique, ni les traitements liés à la santé mentale, ni ceux de la toxicomanie ne sont couverts par l’une des principales assurances privées.

L’augmentation des coûts

Il est attendu que la santé mentale soit responsable de la majeure partie de l’augmentation des dépenses médicales au cours des cinq prochaines années. Les troubles du comportement et de la santé mentale constituent désormais le troisième poste de dépenses la plus couteuse après la pharmacie et les soins hospitaliers.

Recommandations

Le poids de la santé mentale dans le monde est stupéfiant. Les troubles de la santé mentale et le stress augmentent en gravité et en nombre dans le monde entier. Les employeurs assument une grande partie de cette charge. En plus de son plan d’action, l’OMS a pris des mesures concrètes pour réduire la détresse mentale en commençant par élaborer une série de directives visant à traiter la santé mentale en entreprise.

Une série de facteurs sont à prendre en compte dans la réflexion stratégique de la lutte contre les troubles de la santé mentale :

  • Il existe, à l’échelle mondiale, de la stigmatisation qui empêche les individus de discuter de la santé mentale au travail ou d’accéder aux ressources et aux soins.
  • Les employeurs devraient être conscients des facteurs de stress, tels que l’insécurité financière, en veillant à aligner l’offre sur les préférences de l’employé.
  • Le marché mondial des solutions pour lutter contre le stress et la résilience, est en train d’émerger mais il est moins bien implanté hors des États-Unis et du Royaume-Uni.
  • Tous les employeurs devraient également se concentrer sur des facteurs organisationnels plus vastes tels que la création d’une culture inclusive, la réduction des préjugés, l’animation de campagnes d’information et de sensibilisation en rapport avec l’activité professionnelle, ainsi que les mesures politiques qui ont un impact sur la santé mentale.

Vous trouverez ici notre analyse complète sur la santé mentale.

Auteurs

Laurie Paillat
Associate Director
Global Services and Solutions

Analyst Global Services and Solutions

Source link

GRAS SAVOYE
Premier réseau de courtage d’assurance en France et tout particulièrement en région, Gras Savoye traite toute la chaîne des risques : le conseil, la négociation des contrats avec les assureurs, la gestion des contrats et des sinistres.
Gras Savoye est une société Willis Towers Watson, entreprise internationale de conseil, de courtage et de solutions logicielles qui accompagne ses clients à travers le monde afin de transformer le risque en opportunité de croissance.

Contacter Gras Savoye