Acquisition : Irish Life vendu au canadien Great-West pour 1,3Md d’euros

Irish Life, le plus gros assureur irlandais en assurance-vie, retraite et gestion de placements est vendu par l’Etat au canadien Great-West Lifeco pour 1,3 Md d’euros

L’assureur canadien Great-West Lifeco a annoncé, mardi 19 février, la conclusion d’un accord avec le gouvernement irlandais pour l’acquisition d’Irish Life pour 1,75Md de dollars canadiens (1,3Md d’euros).

A la demande du gouvernement irlandais, la justice avait ordonné l’année dernière au groupe irlandais Irish Life & Permanent (IL&P) de vendre Irish Life à l’Etat pour 1,3Md d’euros, afin d’aider à la recapitalisation du groupe, notamment de sa branche bancaire.

La transaction sera partiellement financée en actions et par un emprunt. Elle se fera par l’entremise de la filiale irlandaise de Great-West (Canada Life), qui sera fusionnée à Irish Life, la plus importante entreprise d’assurance-vie, de régimes de retraite et de gestion de placements en Irlande.

Le rachat d’Irish Life par Great-West devrait être conclu en juillet prochain. Il est assujetti aux approbations réglementaires habituelles, dont celle de la Commission européenne en vertu du règlement européen sur les fusions, et à certaines autres conditions.

Irish Life : plus d’un million de clients, 37mds d’euros d’actifs sous gestion

Great-West s’attend à ce que la transaction augmente d’environ 10% ou quelque 215M de dollars canadiens son bénéfice en 2014, première année complète de la fusion.

Fondé en 1939, Irish Life, qui compte 2.000 salariés, assure plus d’un million de clients et gère des actifs d’environ 37Mds d’euros (50Mds de dollars canadiens). Canada Life emploie de son côté plus de 600 personnes en Irlande, où elle présente depuis 1903.

La fusion se réalisera sur une période de 18 mois et devrait se traduire par des économies avant impôts d’environ 40 millions d’euros par année, grâce notamment au regroupement de Canada Life et Irish Life au siège social d’Irish Life à Dublin. Great-West n’écarte pas d’éventuelles suppressions d’emplois, mais précise qu’elles devraient se faire par des départs volontaires à la retraite.