57% des assureurs-crédit ont récemment remis en cause leurs garanties

    usine-automobile-70Les assureurs-crédit français, qui sont accusés de réduire leur couverture des entreprises depuis le début de la crise et qui sont convoqués mardi à Matignon, ont récemment remis en cause leurs garanties dans plus de la moitié des cas (57%), indique une enquête de la CGPME.

    Selon cette enquête, réalisée du 30 mars au 15 avril auprès d’adhérents de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), qui a reçu 910 réponses, 20% des assureurs-crédit ont résilié ces garanties dans les six mois précédant l’enquête.

    L’assurance-crédit, qui concerne environ un quart des entreprises en France, a pour vocation d’assurer une entreprise contre les risques d’impayés de ses clients. Les assureurs-crédit sont régulièrement accusés de réduire leurs couvertures avec l’aggravation de la crise, pour préserver leur situation financière.

    Le secteur le plus concerné par leur désengagement est celui de l’industrie, et notamment l’automobile, relève la CGPME. Alors que le chiffre d’affaires est en recul pour la moitié des PME (49%) interrogées, il est “impératif qu’elles puissent continuer à s’assurer contre ce risque”, souligne la Confédération.

    Le gouvernement doit prochainement lancer un dispositif dit CAP+ (complément d’assurance-crédit public), qui permettra d’apporter une garantie publique à des risques non couverts par les assureurs-crédit. Mais “seules 29% des entreprises indiquent” connaître les mécanismes d’aide gouvernementaux, selon l’enquête de la CGPME.

    Près de 50% des entreprises qui ont répondu à l’enquête sont des micro-entreprises (-de 10 salariés) et 39% emploient entre 11 et 50 salariés. Seulement 2% ont plus de 250 salariés, précise la CGPME.

    AFP