« La Grèce n’est pas un sujet tabou », selon Munich Re

Pour le premier réassureur mondial, l’allemand Munich Re, « la Grèce n’est pas un sujet tabou » a affirmé mercredi son directeur financier, en ajoutant que le groupe avait même souscrit de nouvelles obligations grecques la semaine dernière.

Munich Re possédait fin 2009 plus de 2,1Mds d’euros d’obligations grecques, et en a souscrit de nouvelles lors de l’émission obligataire grecque la semaine dernière, mais pour un montant mineur, a détaillé le directeur financier du groupe Jörg Schneider, lors d’une conférence de presse à Munich. Sur l’ensemble des actifs financiers de Munich Re -185Mds d’euros- environ 72Mds sont des obligations d’Etat, et parmi celles-ci 16% proviennent des pays de la zone euro dont les déficits ont suscité le plus d’inquiétudes ces dernières semaines : Grèce, Italie, Espagne, Portugal et Irlande.

« Nos placements ne seront pas aussi rentables cette année », a déclaré le patron du groupe Nikolaus von Bomhard lors de la conférence bilan du groupe à Munich. « On peut seulement attendre davantage de revenus si le risque augmente, or nous l’augmenterons avec une grande prudence », a-t-il assuré. L’an dernier le groupe a investi près de 7,9Mds d’euros sur les marchés de capitaux, en hausse de 33,2% par rapport à 2008, année où il avait dû passer d’importantes dépréciations sur son portefeuille d’actions. Ce dernier, considérablement réduit depuis la crise, devrait de nouveau légèrement augmenter cette année.

Retrouvez notre article sur la dette grecque ici.

Francfort (Allemagne), 10 mars 2010 (AFP)